Puella Magi Madoka Magica
Accueil Regardez Série

L’empathie, une valeur vaine pour Puella Magi Madoka Magica ?

on
4 juin 2021

Entre tradition et remise en question, un animé moins léger qu’il n’y paraît

Honnêtement, on ne l’attendait plus. Enfin personnellement, je ne l’attendais plus. Mais, la suite de Puella Magi Madoka Magica a été annoncée, huit ans après la sortie du film Rebellion ! À l’occasion de cette nouvelle inattendue – pour ne pas dire inespérée – revenons sur l’une des œuvres les plus déprimantes et les plus belles de l’animation japonaise actuelle. La série possède une symbolique propre qui est sujette à de nombreuses interprétations. Cependant, pour ne rien gâcher à ceux et celles qui n’ont pas vu la série, je ne m’attarderais que sur le caractère subversif de l’œuvre. Pas de spoiler donc, vous pouvez lire la suite sereinement.

Puella Magi Madoka Magica

Puella Magical Girl Madoka ?

Bien que Puella Magi Madoka Magica ait connu un succès critique important et soit disponible sur Netflix, je me doute bien que des personnes seraient sceptiques quant à l’intérêt de cette série. On croit de prime abord être face à un animé rose et enfantin où des jeunes filles vont se découvrir des super-pouvoirs pour affronter de terribles sorcières. Ce n’est pas faux. L’histoire nous raconte celle de Madoka Kaname et de son amie Sayaka Miki. Elles rencontrent une créature capable d’exaucer leur vœu d’être transformées en puella magi afin d’affronter des sorcières. Le synopsis de base, le design des personnages et même le générique de l’animé nous confortent dans nos a priori.

Puis vient le moment où on décide de se laisser tenter et de dépasser nos premières impressions. Peut-être était-ce à cause de cet ami qui ne cessait de faire des éloges sur cette série ? Peut-être était-ce parce qu’on a remarqué que le scénariste de Psycho-Pass et de Fate/Zero avait officié sur la série ? Toujours est-il que lorsqu’on se lance et qu’on s’accroche, on fait face à un animé d’une noirceur et d’une mélancolie unique, une tragédie et un florilège d’idées visuelles plus folles les unes que les autres. On se rend compte que la série avait nécessairement besoin de cette fine couche de vernie couleur rose bonbon. Elle devait nous surprendre comme elle l’a fait, parce que Puella Magi Madoka Magica est une série de magical girl.

Fate Zero

Subvertir l’innocence des Magical Girl

Un animé qui s’inscrit dans la tradition …

SakuraPour celles et ceux qui ne le savent pas, Magical Girl désigne un genre d’animé destiné à la base à un public féminin très jeune. Historiquement, le genre est né avec Sally, la petite sorcière en 1966. Ce genre regroupe des histoires où de jeunes héroïnes disposent de pouvoirs magiques dans un monde ordinaire et où elles doivent résoudre les problèmes de leur entourage. L’exemple qui me parle le plus, parce que je le regardais avec ma sœur plus jeune, était Sakura, Chasseuse de Cartes. Un animé où les amourettes de collégiennes et combats à base de magie se mélangeaient. On peut citer aussi Sailor Moon qui reste une série d’animation connue et appréciée. Peut-être même la série magical girl la plus connue de ces dernières années.

Puella Magi Madoka Magica puise dans ces animés, les stéréotypes qu’on a eu concernant ces dernier et les codes qu’ils emploient pour nous surprendre. Les auteurs en profitent par ailleurs pour prendre du recul sur ces schémas narratifs récurrents et les valeurs derrière ces séries. La question de l’instrumentalisation du corps des jeunes puella magi comme arme de guerre en est une. Mais le thème le plus épineux que la série aborde selon moi est l’altruisme de ses personnages.

… Pour mieux la questionner

Les héroïnes de Puella Magi Madoka Magica suivent l’archétype des personnages principaux de magical girl. Elles souhaitent réaliser un vœu pour venir en aide à une personne qui leur est chère. De plus, quand elles œuvrent en tant que puella magi, elles le font pour venir en aide à leur prochain.

Et cette idée d’altruisme, le désir d’aider les autres de manière totalement désintéressée, est plus que mise à mal dans la série. La frustration, les regrets, le sentiment d’impuissance et le fatalisme finiront par côtoyer les personnages. La valeur centrale du genre Magical Girl est remise en question. Même les personnages doivent faire face à la vanité de leurs actions et aux conséquences imprévues de leurs choix sur leur entourage. La série est en grande partie déprimante à cause de cela. Elle laisse entendre que toute action orientée vers autrui, sans son consentement, ne mènera qu’à la souffrance des deux partis.

L’empathie et l’altruisme malmenés

Je grossis volontairement le trait pour que vous saisissez l’idée. Mais rassurez-vous, la série ne vous causera pas une dépression et elle est bien plus subtile que cela. Il faut de plus admettre que les concepts d’altruisme et d’empathie avaient déjà été critiqués bien avant la série de Akiyuki Shinbo et de Gen Urobuchi.La Rochefoucauld

Le moraliste La Rochefoucauld parlait déjà dans ses Maximes de l’amour-propre qui, indirectement, remettait en question l’idée d’altruisme. L’amour-propre est la tendance qui consiste à interpréter les événements sous un jour qui nous est favorable. Par conséquent, même une action désintéressée peut apparaître comme intéressée, car elle flatte l’estime qu’on a de nous-mêmes lorsqu’on y repense. « Nos vertus ne sont, le plus souvent, que des vices déguisés » écrivait l’auteur.

L’empathie, qui est de plus en plus étudiée en neurosciences, possède une part d’ombre. La compassion fatigue (ou plutôt empathy fatigue d’après de récents travaux) est un état d’épuisement émotionnel qui entraîne une diminution des capacités empathiques. Elle se retrouve notamment chez les personnes qui travaillent dans le milieu du soin. On la rapproche du burn-out voire du stress post-traumatique. Ces découvertes scientifiques nuancent l’idée que l’empathie est une ressource inépuisable et intrinsèquement positive.

Conclusion

La question de l’égoïsme et de l’altruisme, de la souffrance émotionnelle et de l’abnégation traversent Puella Magi Madoka Magica. Le sacrifice de soi, la bienveillance et le sentiment d’impuissance sont magnifiquement traités dans cet animé où des petites filles se battent dans des scènes pratiquement hallucinées. Ce ne sont pas les seuls thèmes de la série, mais il s’agit du sujet qui me touche le plus. Quand une œuvre met le doigt sur la valeur morale de son genre et de son histoire pour la déformer et la magnifier, on sait qu’on fait face à une expérience déroutante et incroyable.

Et maintenant, je me surprends à attendre la suite annoncée ! Mais qu’importe, vous devez essayer Puella Magi Madoka Magica.

Puella

Si vous ne l’avez pas encore lu, découvrez vite notre dernier article sur la technologie au service des séries télé !

Et si vous souhaitez explorer le thème de la magie et de la sorcellerie avec le Club Arthur Dent, il y a pour vous M42 : Magie et Sorcellerie.

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Bienvenue au Club !
Bordeaux

Lieu et objet transmédias non identifiés, le CAD pour les intimes a vu le jour en 2017. Dans un premier temps, via des conférences s’appuyant sur les codes de la pop culture afin d’initier le grand public à des sujets prospectivistes et sociétaux : la robotique, l’IA, le transhumanisme, la blue economy, le biomimétisme, la lowtech, l’écologie…s’intéresser pour se questionner, se questionner pour comprendre, comprendre pour avoir le choix ? Etre libre ?

L’histoire dont vous êtes le héros – Les règles du jeu

Mesdames, messieurs,

Nous l’avions déjà fait en 2017.

En ces temps si particuliers, nous vous proposons à nouveau de nous aider à créer une histoire, de toutes pièces.

Elle sera diffusée du lundi au vendredi sur ce blog à 19h00.

A chaque fin de paragraphe, il faudra voter pour telle ou telle action. Votre choix donc l’action ayant obtenue le plus d’engagement, tous réseaux confondus, donnera le ton du paragraphe suivant…et ainsi de suite !

On compte sur vous et surtout, on espère que tout va bien !! 😘💪😎

L’histoire, jour après jour :

Jour 6 – La rumeur
Jour 7 – Ombres et Lumière

Le Berger d’Aspe