Planches et plume invité Christophe Cointault
Accueil Bouquinez Ecoutez Manga

Planches et Plume #1 : le mangaka Christophe Cointault

on
5 février 2021

Christophe Cointault : du « métro, boulot, dodo » aux éditions Glénat

Commencer au rythme du « métro, boulot, dodo » et finir publié chez Glénat. Voici le parcours d’un grand rêveur qui sait être ambitieux. Nous retrouvons pour la première édition de Planches et Plume, Christophe Cointault, le mangaka derrière Tinta Run et désormais Wind Fighters.

Planches et Plume, c’est un nouveau format, sous la forme d’un podcast. Esteban Tesson invite régulièrement des professionnels du monde du livre, de la BD ou du manga à se livrer sur leur parcours, leurs envies et leurs projets. Cette semaine, découvrez, au micro d’Esteban, Christophe Cointault, mangaka français de 34 ans. Passionné par le dessin dès sa plus tendre enfance, il se destine tout d’abord à une carrière dans l’administration à Paris. Mais, chassez le naturel, et il revient au galop. Le dessin le rattrape bien vite, le poussant à changer de voie, et à se plonger corps et âme dans l’univers shônen qui est le sien.

L’aventure de l’auto-édition

Christophe Cointault est donc venu nous parler de son travail. Il commence par une vie simple et un rythme monotone. Le « métro, boulot, dodo » n’est pas la vie qui convient à un homme de la campagne comme lui.

En 2011, il reçoit la deuxième place dans un concours de BD, dans la catégorie « jeunes talents ». Cette consécration lui fait tilt : il se lance donc en auto-édition sur sa première œuvre, Central Yuniverse. Une aventure qui mènera à une série finie en trois tomes. Malgré le plaisir et la liberté que procure l’auto-édition, Christophe Cointault a pu nous faire part de sa lassitude qui l’a poussé vers les maisons d’édition. L’exercice « chronophage » lui laisse tout de même un bon souvenir : c’était un challenge « grisant » que de devoir tout faire soi-même, sans pression éditoriale, mais avec l’obligation de porter l’œuvre de sa création à sa rencontre avec le public, en passant par l’impression.

Christophe Cointault : du dessin « iconoclaste » à l’histoire accessible

Par la suite, Christophe Cointault rejoindra donc Glénat Edition, connue notamment pour s’occuper en France de One Piece et de Dragon Ball. Sa seconde œuvre, Tinta Run, se fera donc aux côtés de Glénat et s’achèvera prématurément, en trois tomes également. Une œuvre aux avis mitigés mais qui accueille finalement des ventes honorables et dont notre invité tire de grandes leçons.

Planches et plume invité Christophe CointaultComment gérer une œuvre qui se termine de cette manière ? Pour Christophe Cointault, on sort un tableau Excel. « Il faut analyser pour ne pas se dire que c’est un échec. », nous confie-t-il. Une colonne Tinta Run, avec ce qui a fonctionné et ce qui a moins marché, à partir de ses observations et du retour de terrain, et une seconde avec ce qui est prévu pour la prochaine œuvre. Cette troisième série, il s’agit de Wind Fighters, en parution chez Glénat. Christophe Cointault avoue avoir cherché en particulier à simplifier le démarrage : Tinta Run avait été conçu en « mode freestyle et iconoclaste », et l’on avait du mal à identifier les personnages et les enjeux. Wind Fighters se veut plus clair, mais pas plus simpliste.

Un manga à l’heure du confinement

Le premier tome de Wind Fighters est sorti en France le 17 juin 2020, soit à peine un an après le dernier tome de Tinta Run. Depuis, le deuxième tome est paru dans les librairies, et le troisième est prévu pour le printemps 2021. Une saga qui s’enchaîne, montrant à la fois les enseignements tirés par Christophe Cointault, ainsi que toute l’étendue de son talent et de sa créativité. Les confinements lui ont permis de se consacrer plus encore à cet univers, expliquant ce rythme soutenu.

Mais les restrictions liées à la crise sanitaire lui procurent comme un sentiment d’impuissance. Les librairies sont fermées. Les festivals annulés. Les rencontres avec le public lui manquent, mais il fait contre mauvaise fortune bon cœur, en faisant confiance au bouche-à-oreille pour porter sa nouvelle œuvre. En guise de remerciements, c’est beaucoup de succès que nous souhaitons à Christophe Cointault.

Et si vous aussi vous souhaitez vous plonger dans l’aventure littéraire, vous pouvez participer à notre concours de nouvelles ou à notre concours de lecture.

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Bienvenue au Club !
Bordeaux

Lieu et objet transmédias non identifiés, le CAD pour les intimes a vu le jour en 2017. Dans un premier temps, via des conférences s’appuyant sur les codes de la pop culture afin d’initier le grand public à des sujets prospectivistes et sociétaux : la robotique, l’IA, le transhumanisme, la blue economy, le biomimétisme, la lowtech, l’écologie…s’intéresser pour se questionner, se questionner pour comprendre, comprendre pour avoir le choix ? Etre libre ?

L’histoire dont vous êtes le héros – Les règles du jeu

Mesdames, messieurs,

Nous l’avions déjà fait en 2017.

En ces temps si particuliers, nous vous proposons à nouveau de nous aider à créer une histoire, de toutes pièces.

Elle sera diffusée du lundi au vendredi sur ce blog à 19h00.

A chaque fin de paragraphe, il faudra voter pour telle ou telle action. Votre choix donc l’action ayant obtenue le plus d’engagement, tous réseaux confondus, donnera le ton du paragraphe suivant…et ainsi de suite !

On compte sur vous et surtout, on espère que tout va bien !! 😘💪😎

L’histoire, jour après jour :

Jour 6 – La rumeur
Jour 7 – Ombres et Lumière

Le Berger d’Aspe