road-to-m42-mdcu
Accueil Découvrez

Road to M42 : Julien et Alexandre, les magiciens de MDCU

on
8 avril 2021

Ils ont interviewé la magie pour vous

Découvrez Julien Capoulun et Alexandre Trujillo.

Fondateurs du site web MDCU-Comics, ils ont pris part sans aucune hésitation à l’aventure M42 : Magie et Sorcellerie.

L’équipe du CAD vous fait découvrir ces deux hommes qui ont interviewé la Magie spécialement pour vous !

Bonjour à vous deux !

Bonjour !

Alors déjà, est-ce que vous pouvez vous présenter s’il-vous-plait ?

MDCU - Julien CapoulunJulien : Je m’appelle Julien Capoulun, j’ai 34 ans, et je suis l’un des fondateurs et rédacteurs du site web mdcu-comics.fr, depuis douze années maintenant. C’est une activité « passion », que je pratique sur mon temps libre, car nous sommes simplement bénévoles sur le site. Dans la vie, la vraie, je suis actuellement à la recherche d’un poste de libraire. Ce n’est donc pas une surprise si je vous avoue que je suis passionné par le livre et la lecture, notamment la bande dessinée, avec une certaine expertise en comics. Les super-muscles en collants, tout ça. Je suis également très porté sur la pop culture au sens large. Il y a peu de chances que l’on se croise devant un jeu vidéo, mais je pourrais vous expliquer en long et en large pourquoi la fin de Lost n’est pas ratée.

MDCU - Alexandre Trujillo

Alexandre : Je m’appelle Alexandre Trujillo, j’ai 33 ans et je suis l’autre fondateur et rédacteur en chef de mdcu-comics.fr. Ce dernier est tenu par une poignée de fans sur la base du volontariat et de la passion. Un site internet qui, de fil en aiguille, nous aura permis de rencontrer les grands noms du milieu de la bande dessinée américaine, mais également d’avoir une émission télé durant quelques années. À titre personnel, il m’a également permis de décrocher deux jobs sur quatre. Aujourd’hui encore, je tente (pour ne pas dire « je galère ») à concilier véritable travail, MDCU, vie de famille, et culture geek (lecture, retro-gaming, Final Fantasy, Saint Seiya, Buffy contre les vampires et j’en passe).

La culture geek dans votre enfance, c’est quoi et comment ?

Julien : Je pense que je suis tombé dedans avec la télévision. Dragon Ball Z et la série animée Batman sont clairement les deux grosses références de ma jeunesse, qui m’ont ouvert les portes de ce monde si riche de la culture geek et pop. Je me suis également plongé assez jeune dans les pages de Tintin et Astérix. On fait difficilement mieux comme classiques.

Alexandre : Je regardais beaucoup de dessins animés étant jeune. Batman, la série animée et les Tortues Ninja m’auront accompagné pendant un sacré bout de temps. J’ai également dévoré, plusieurs fois, les Astérix et les Lucky Luke de mon grand-père. Mon père avait également une belle collection de films. J’ai donc été très tôt intéressé par le cinéma (sauf qu’à l’époque, il s’agissait de vidéocassettes, bien évidemment).

Magie et Sorcellerie, ça vous évoque qui et/ou quoi ?

Julien : La magie et la sorcellerie ne m’évoquent pas forcément de sujets précis, je le vois comme quelque chose de transversal à de nombreuses œuvres de fiction. Il est indéniable qu’Harry Potter leur a redonné une certaine popularité dans l’imaginaire collectif, mais ce n’est pas du tout un univers qui me parle. Sans surprise, j’irais plutôt chercher du côté des comics, avec des personnages comme Zatanna ou John Constantine, chez DC Comics, que j’apprécie beaucoup. J’ai également toujours été intéressé par le mythe de la sorcière, et notamment ce qu’il peut dire de notre société, du passé comme du présent.

Alexandre : Difficile de ne pas penser à Harry Potter lorsque l’on parle de magie ou de sorcellerie. Le pire, c’est que ce n’est même pas un univers que j’apprécie. C’est juste qu’il est omniprésent de par sa grosse communauté de fans. Du coup, qu’on le veuille ou non, on pense à Harry Potter. À titre plus personnel, cela m’évoque le film Willow (une œuvre que je vénère), Le Voyage fantastique de Sinbad, Charmed, Kaamelott

Willow

Que pensez-vous de ce nouveau projet : proposer un livre complémentaire aux festivals, déclinant sa thématique sous diverses rubriques pop culturelles ?

On adore l’idée ! Les festivals/salons comme les GeekFest proposent toujours des programmations intenses et extrêmement intéressantes en termes d’animations et de conférences. Et tout ce contenu mérite de pouvoir survivre au festival et d’être apprécié à sa juste valeur. Les festivals sont avant tout un lieu de rencontre, de rassemblement, dans lequel on aime flâner. On ne peut pas tout voir, ni assister à tout, même si on le voulait. C’est donc une très belle idée de proposer ce contenu dans un joli ouvrage, qui plus est très diversifié, que ce soit sur le fond ou sur la forme. Et puis, c’est un super souvenir à emporter avec soi !

Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter d’y participer ?

On est sur le festival depuis quelques années maintenant, ça nous semblait tout naturel d’apporter notre pierre à ce joli projet, qui est la prochaine étape pour des Geekfest qui ne cessent d’évoluer et ne se repose pas sur ses acquis. Nous aimons partager nos passions et sommes honorés de faire partie de cette première édition.

Vous pouvez nous dire un mot sur votre article ?

On a essayé de trouver une idée assez originale pour aborder la thématique de la magie et de la sorcellerie. Revenant à nos racines de média du web, on s’est dit qu’on allait tenter d’interviewer directement la Magie ! Ça n’a pas été simple mais on ne recule devant rien pour une exclusivité. Vous allez donc découvrir cette interview, plutôt axée sur sa présence dans les comics et parmi les super-héros. C’est à ne pas manquer.

Sorcière Rouge

 

Pour vous la magie, c’est quoi aujourd’hui ?

Julien : Sans tomber dans le cliché mielleux, je dirais qu’il y a de la magie un peu partout. On n’a pas besoin de créer des boules d’énergie ou de voler sur un balai pour faire de la magie, chaque individu donnant le meilleur de lui-même pour une bonne cause, c’est un peu de la magie ! Quand on pense à toutes les personnages qui donnent de leur temps et de leur passion, et le travail que cela représente, pour ce livre, c’est aussi de la magie !

Alexandre : C’est tout et rien. Comprendre sa moitié d’un simple regard, voir les yeux de son enfant s’écarquiller lorsque tu fais disparaître un jouet devant lui, mettre une cartouche dans sa Nintendo et la voir fonctionner du premier coup… De manière générale, je dirais néanmoins que la magie a tendance à disparaître. Garder une partie de son âme d’enfant, ce n’est pas forcément facile pour tout le monde. Or, selon moi, il n’est pas possible d’apprécier la magie si, toi-même, tu n’es plus disposé à voir le merveilleux.

Le fantastique qui irrigue la fiction, c’est un bon remède au désenchantement du monde ?

Julien : Nous vivons une période compliquée et assez inédite, durant laquelle nous avons plus que jamais besoin de la fiction. Quand je vois de nombreuses œuvres récentes adresser la situation sanitaire que l’on vit déjà tous au quotidien, qui a envie de lire ou regarder ça ? Le fantastique est une belle manière de réellement s’évader. C’est également une façon de développer l’imagination et la créativité, ce qui me paraît assez crucial. Nous détenons cette capacité à créer des mondes dans lesquels nous nous sentons mieux que dans le monde réel, c’est quand même formidable. Ne perdons pas ça.

Jeff : Bien sûr. Peut-être le meilleur des remèdes. Si on veut choisir la fiction pour s’évader, autant en choisir une qui n’a aucune limite !

Plutôt Docteur Fatalis ou la Sorcière Rouge ?

Julien : J’ai toujours eu une affinité particulière envers les personnages féminins, alors ce sera la Sorcière Rouge sans hésiter. Wanda Maximoff possède en plus une histoire très mouvementée et assez passionnante. Il se pourrait d’ailleurs que l’on parle d’elle et de ses exploits durant notre interview avec la Magie.

Docteur FatalisAlexandre : Aïe… J’adore les deux… Bon, je vais dire Docteur Fatalis, histoire de ne pas copier mon collègue ci-dessus. Mon cœur balance plus facilement pour les méchants et il est vrai que, pour le coup, Fatalis/Doom est un excellent super-vilain. Comme beaucoup de personnages Marvel, il est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Accessoirement, l’année prochaine, cela fera soixante ans qu’il a le même design. Et aujourd’hui encore, son costume déchire toujours autant. Rien que pour cela, les autres personnages Marvel lui devraient le respect (Sorcière Rouge y compris ahah).

 

Une référence geek à partager ?

Julien : Dans une période de nos vies qui n’a absolument plus aucun sens, j’aurais envie de pousser le non-sens encore plus loin, et de bien se marrer pour faire passer tout ça. Rien de mieux pour cela que Scott Pilgrim. Le comics de Bryan Lee O’Malley et/ou le film d’Edgar Wright. Les deux sont méga cool !

Alexandre : Le Voyage fantastique de Sinbad. Il mêle deux choses que j’aime beaucoup : le fantastique et des effets spéciaux de l’ancienne école.

Un adage ?

Julien : « Même une horloge en panne donne l’heure exacte deux fois par jour ». J’aime à croire que personne n’a jamais totalement tort, et qu’on y gagne toujours à écouter les opinions différentes des nôtres.

Alexandre : « La chance sourit aux esprits bien préparés ». Tout n’est pas qu’une question de bonne ou de mauvaise étoile. Garder les yeux bien ouverts en toute circonstance ne peut qu’être salutaire.

Le mot de la fin ?

Julien : Continuons à faire vivre le festival à travers ce projet de livre M42, pour pouvoir tous se retrouver très vite et replonger ensemble dans nos mondes imaginaires.

Alexandre : On ne lâche rien !

Logo MDCU

N’hésitez pas à découvrir notre livre M42 : Magie et Sorcellerie sur notre page Ulule !

Et si vous souhaitez en savoir plus sur la magie, on vous propose l’article de Franck Erudel sur la distinction entre magie blanche et magie noire !

 

 

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Bienvenue au Club !
Bordeaux

Lieu et objet transmédias non identifiés, le CAD pour les intimes a vu le jour en 2017. Dans un premier temps, via des conférences s’appuyant sur les codes de la pop culture afin d’initier le grand public à des sujets prospectivistes et sociétaux : la robotique, l’IA, le transhumanisme, la blue economy, le biomimétisme, la lowtech, l’écologie…s’intéresser pour se questionner, se questionner pour comprendre, comprendre pour avoir le choix ? Etre libre ?

L’histoire dont vous êtes le héros – Les règles du jeu

Mesdames, messieurs,

Nous l’avions déjà fait en 2017.

En ces temps si particuliers, nous vous proposons à nouveau de nous aider à créer une histoire, de toutes pièces.

Elle sera diffusée du lundi au vendredi sur ce blog à 19h00.

A chaque fin de paragraphe, il faudra voter pour telle ou telle action. Votre choix donc l’action ayant obtenue le plus d’engagement, tous réseaux confondus, donnera le ton du paragraphe suivant…et ainsi de suite !

On compte sur vous et surtout, on espère que tout va bien !! 😘💪😎

L’histoire, jour après jour :

Jour 6 – La rumeur
Jour 7 – Ombres et Lumière

Le Berger d’Aspe