Cinéma Regardez

La Reine des Neiges 2 : un conte moderne ?

By
on
29 novembre 2019

AVERTISSEMENT : Cet article contient quelques spoilers (pas d’une importance fondamentale, mais si vous souhaitez voir le film et conserver toute la surprise, ne lisez cet article qu’après son visionnage).

Six ans après le succès phénoménal de La Reine des Neiges, Disney revient avec une suite. Rappelons que ce film d’animation avait connu le meilleur box-office (1,276 milliard de dollars) avant d’être dépassé cette année par le Roi Lion. Le challenge était de taille : après l’engouement autour du premier volet, la suite était très attendue, tant par les enfants que par leurs parents. Et réussir un succès aussi important qu’avec le premier film était un réel défi. Réussir à se renouveler tout en gardant l’ADN de la franchise, voilà ce qu’attendait le public.

Alors comment faire de la Reine des Neiges 2 un conte moderne ? Nous allons voir que Disney réussit son pari en abordant des thématiques actuelles (le girl power, l’écologie ou encore la tolérance). Mais aussi en nous faisant voyager visuellement, et musicalement dans des univers fabuleux.

Dans cet opus nous retrouvons les personnages qui ont fait le succès du premier film. Elsa est toujours la reine du royaume d’Arendelle, mais une vieille histoire que lui racontait sa maman lorsqu’elle était petite va revenir la hanter … Souhaitant connaître l’origine de ses pouvoirs, mais également l’histoire de son peuple, Elsa va s’engager dans une aventure dangereuse, accompagnée de ses fidèles compagnons. Oscillant entre les histoires du passé et le présent, entre croyances et tribus indigènes, la vérité sera dure à accepter … Et les erreurs du passé devront être réparées pour retrouver la paix dans le royaume.

La Reine des neiges 2 : un film aux multiples thématiques contemporaines

Un changement révolutionnaire de l’image classique des princesses ?

Notre société prend peu à peu conscience des inégalités hommes-femmes. Le mouvement #Metoo a notamment contribué à les mettre en lumière. Face à l’importance de ces revendications dans notre société, les studios de réalisation ne peuvent que s’emparer de ce sujet. C’est le cas de Disney, qui a vu ses personnages de princesses, très appréciés par le public, évoluer au fil des décennies, pour les adapter à la société.

Si nous reprenons depuis le début des représentations des princesses Disney, nous constatons une nette évolution.

Lors des sorties des premiers films, Blanche-Neige, Cendrillon et Aurore ont des similitudes. Ce sont des personnages féminins très passifs, qui subissent une vie de misère, qui savent tenir un foyer, qui sont dotés d’une beauté sans pareil et qui n’ont qu’une aspiration, trouver le grand amour. Et c’est le prince charmant sur son beau cheval blanc qui va venir les délivrer de cette situation difficile.

Viennent ensuite des princesses un peu moins stéréotypées, qui tentent de s’émanciper, tout en conservant plus ou moins en trame de fond une histoire d’amour. Ariel qui veut vivre sa vie et échapper au monde marin pour vivre sur terre. Jasmine qui veut s’opposer à un mariage arrangé. Ou encore Mulan qui veut préserver sa famille et sauver son pays. Même si une trame amoureuse se tisse en arrière-plan, ces héroïnes font le choix de leur partenaire. Elles sont davantage un modèle d’indépendance.

Mais les princesses contemporaines ont encore un peu plus loin dans cette émancipation. Mérida n’a aucune envie de trouver l’amour, elle préfère l’aventure et la nature. Tiana a des aspirations professionnelles, pour monter son propre restaurant. Et Elsa se préoccupe avant tout de sa famille et de son royaume.

Les héroïnes Anna et Elsa symboles d’une nouvelle ère des princesses

La représentation féminine a donc évolué dans les films d’animation Disney, et La Reine des Neiges 2 ne fait pas exception. Elsa est une femme indépendante, reine (et non pas princesse ! un échelon plus important dans la société, elle prend des décisions). C’est une femme forte, ce qui est renforcé par la présence de ses pouvoirs, qui en font un personnage puissant. Elle veut poursuivre ses objectifs, et se sent en capacité de mener ses projets à bien, seule, sans l’aide tierce d’un homme, ou même de sa sœur. Enfin, même dans ce second opus, Elsa ne va vivre aucune histoire d’amour : et ça n’est pas pour lui déplaire, elle est heureuse comme cela. Elle est même plutôt réaliste, et peut-être moins standardisée que sa sœur Anna. Elle lui dira notamment au tout début du film « Anna, les bisous ça ne sauvera pas la forêt ».

Anna est un personnage un peu plus classique de princesse. Elle aspire à trouver l’amour, et sera demandée en mariage à la fin du film. Mais cet arc narratif est un peu contrebalancé par sa volonté de sauver sa sœur et d’être présente pour elle. Même si des éléments nous donnent à voir une princesse un peu moins ‘parfaite’ (eh oui, Anna bave toujours en dormant !), elle reste tout de même imprégnée du stéréotype de la princesse.

Alors oui, on peut constater une amélioration et une évolution du standard de la princesse à travers ce nouveau film, notamment dans une volonté d’indépendance des personnages … Mais les studios Disney auraient pu aller un peu plus loin. Ils conservent les robes et les paillettes, le maquillage et les jolies coiffures en toutes circonstances pour leurs personnages féminins.

La volonté de sensibiliser aux changements climatiques

La Reine des Neiges 2 fait intervenir un autre grand sujet sociétal : l’écologie et les dérèglements climatiques. Dès le début, le personnage d’Olaf nous met la puce à l’oreille : « le changement nous nargue de toute sa beauté ». Et cette thématique va devenir centrale dans le film.

La construction du barrage en est un bon exemple. Les constructions humaines ont eu un impact sur la nature qui a été néfaste. Cette perturbation de l’environnement naturel va réveiller les esprits de l’air, du vent, du feu et de la terre. Contrariés, ils vont essayer de s’en prendre aux personnages du film. Nous constatons la puissance de la nature … face à l’impuissance des Hommes.

Comme un avertissement aux nouvelles générations, Disney nous met en garde et nous rappelle que la nature est une ressource inestimable. Cette nature peut être bénéfique pour les hommes, mais s’ils ne la respectent pas, la nature peut se retourner contre eux. Le message en filigrane « nous devons réparer les erreurs du passé » a un écho particulier dans le monde actuel.

L’esprit du feu tente de s’en prendre à Elsa : la nature reprend ses droits

Un message de tolérance véhiculé dans La Reine des Neiges 2

De nombreuses pétitions avaient circulé sur internet, afin de faire du personnage d’Elsa une représentante de la communauté LGBT. Disney ne s’est pas saisi de cette thématique, mais a plus largement abordé la tolérance dans son nouveau film.

Ainsi, nous découvrons deux peuples très différents : le peuple civilisé d’Arendelle, et la tribu indigène et nomade de la forêt. Nous constatons forcément les différences de modes de vie, de coutumes, de costumes entre ces deux civilisations. Ces deux peuples auraient pu vivre en harmonie, mais une guerre a éclaté entre les deux camps. Et nous comprenons que ce choix dans le film se base également sur des faits historiques. On repensera aux massacres des populations indigènes par les colons.

La tribu des Northuldras, peuple de la forêt.

Faire découvrir les pays nordiques à travers les films d’animation

Des décors inspirés des paysages scandinaves

Comme pour le premier film, les réalisateurs se sont largement inspirés de la culture et des paysages nordiques. Le ton change un petit peu : nous ne sommes plus seulement dans un paysage enneigé, mais nous découvrons la beauté des couleurs de l’automne.

Les personnages de la Reine des neiges 2 devant l’immensité des paysages scandinaves.

L’influence de la culture nordique se retrouve à l’écran dans l’architecture et les paysages présentés. La ville de Bergen en Norvège a inspiré le royaume d’Arendelle. La plage de sable noir sur laquelle Elsa va tenter de s’élancer vers l’océan s’inspire de la plage de Reynisfjara en Islande. On retrouve également la puissance des éléments qui se déchaînent, les cascades impressionnantes, mais aussi les glaciers et les volcans. Tous ces atouts qui font le charme des paysages naturels scandinaves.

Évoquer la mythologie nordique

Dans la Reine des Neiges 2 il est question d’esprits qui prennent vie. Disney s’est inspiré de la mythologie nordique et des croyances indigènes pour les représenter.

L’esprit de l’eau, un cheval constitué d’eau s’en prend à Elsa.

Le cheval, esprit de l’eau dans la Reine des Neiges 2, s’inspire d’une légende du folklore nordique : le Baekhesten. Ce cheval constitué d’eau, était considéré comme le protecteur des océans. Il apparaissait près des points d’eau par temps de brouillard (tiens tiens, ça nous rappelle quelque chose …). Celui qui réussissait à le monter ne pouvait plus jamais en redescendre, et le cheval s’enfonçait dans les eaux avec son cavalier, en le noyant … Cette allusion permet d’évoquer un mythe scandinave, mais appuie également la puissance du personnage d’Elsa qui réussit à maîtriser les éléments naturels … et les mythes !

S’inspirer largement du conte d’Andersen

Le premier film, et davantage le second sont des adaptations vraiment très libres du mythe d’Andersen.  En effet, la Reine des Neiges est un personnage méchant dans le conte, contrairement au film d’animation où Elsa est l’héroïne et vient au secours de son peuple.

Cependant, Disney revient tout de même à ces racines, notamment en évoquant l’écrivain, mais aussi en reprenant la structure classique du conte.

Reprendre les éléments du conte, un moyen efficace de capter le jeune public

La place de la musique dans la Reine des Neiges 2

Réussir à faire oublier la célèbre chanson Libérée Délivrée …

Le très grand succès du premier film se doit en partie à sa célèbre chanson Libérée Délivrée (que vous avez sûrement entendu en boucle et à toutes les sauces !). Alors comment faire oublier cette chanson dans ce deuxième film, tout en garantissant le même succès ? En en réécrivant une aussi entêtante, ont dû se dire les réalisateurs …

Alors, avant même que le film ne soit sorti en salles, ils nous ont fait découvrir le nouveau « tube » dans la bande annonce officielle, avec le titre « Dans un autre monde » (« Into the unknown »). Mais est-ce que cette chanson aura le même succès que la première ? On n’en est pas certains … Ce qui est sûr c’est que vous devriez moins l’entendre que la première pour une raison toute simple : elle est inchantable ! Je vous mets au défi d’atteindre les notes les plus aigües …

Ce qui est tout de même frappant dans ce nouveau film c’est qu’aucune chanson ne se démarque réellement. La musique conserve, comme dans tous les Disney, une place très importante, et elle est présente du début à la fin. Mais on ne ressort pas du cinéma avec une mélodie entêtante qui ne nous quitte plus. A part peut-être les quatre petites notes chantées de la voix mystérieuse …

Un film d’animation pour tous les publics ?

L’une des recettes qui fonctionne à tous les coups chez Disney, c’est l’incorporation de personnages secondaires qui nous font rire (comme Olaf !).

Les personnages drôles et attachants de Sven et d’Olaf permettent d’apporter la touche d’humour au film.

Mais La Reine des Neiges 2 n’est tout de même pas un film accessible pour les plus jeunes enfants… L’ambiance est plus sombre et angoissante. La mort, la disparition ou la perte sont des thématiques omniprésentes tout au long du film. L’histoire est également beaucoup plus complexe que dans le premier film.

Comme dans tous les Disney, il y a une double lecture pour les adultes. Des références multiples, comme Olaf qui se la joue Marilyn Monroe dans 7 ans de réflexion ou encore la parodie de la chanson de Kristoff (qui ne faisait rire que les adultes).

Les spectateurs qui auront vus le premier film seront également contents de retrouver quelques petits clins d’œil. Une véritable suite donc, qui répondra à nombre de nos questions (notamment sur l’origine des pouvoirs d’Elsa) et qui brisera quelques théories (comme celle sur le lien entre la Reine des Neiges et Tarzan).

La magie continue d’opérer, et Disney en a profité pour ancrer son film comme il se doit dans les problématiques du monde actuel. On remarquera que malgré cela, les bonnes vieilles techniques qui fonctionnent à tous les coups sont conservées : robes, paillettes, chansons, rires et larmes sont au rendez-vous. L’aspect marketing ne s’oublie pas : nous sommes assaillis de publicités sur ce film et ses personnages avant les fêtes de fin d’année. On regrette aussi que la salamandre adorable n’ait pas du tout été exploitée car elle avait beaucoup de potentiel … Malgré cela, la Reine des Neiges 2 s’annonce comme un incontournable des films d’animations Disney, et devrait encore battre quelques records au box-office.

Léa – @le.lapin.qui.lit

L’adorable salamandre, esprit du feu dans la Reine des Neiges 2.

 

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Bienvenue au Club !
Bordeaux

Lieu et objet transmédias non identifiés, le CAD pour les intimes a vu le jour en 2017. Dans un premier temps, via des conférences s’appuyant sur les codes de la pop culture afin d’initier le grand public à des sujets prospectivistes et sociétaux : la robotique, l’IA, le transhumanisme, la blue economy, le biomimétisme, la lowtech, l’écologie…s’intéresser pour se questionner, se questionner pour comprendre, comprendre pour avoir le choix ? Etre libre ?

L’histoire dont vous êtes le héros – Les règles du jeu

Mesdames, messieurs,

Nous l’avions déjà fait en 2017.

En ces temps si particuliers, nous vous proposons à nouveau de nous aider à créer une histoire, de toutes pièces.

Elle sera diffusée du lundi au vendredi sur ce blog à 19h00.

A chaque fin de paragraphe, il faudra voter pour telle ou telle action. Votre choix donc l’action ayant obtenue le plus d’engagement, tous réseaux confondus, donnera le ton du paragraphe suivant…et ainsi de suite !

On compte sur vous et surtout, on espère que tout va bien !! 😘💪😎

L’histoire, jour après jour :

Jour 6 – La rumeur
Jour 7 – Ombres et Lumière

Le Berger d’Aspe