Découvrez Gaming Jouez

Confinement, Connexion et Death Stranding

on
4 mai 2020

Vous vous apprêtez à lire non pas une critique de Death Stranding, mais un article dressant des parallèles entre son univers et le nôtre. Aucun spoiler n’est à prévoir, je vous recommande tout de même d’y jouer avant de commencer la suite.

Death Stranding une aventure bouleversante et surprenante à bien des égards, mais on n’en fera pas la critique ici.

On peut qualifier la situation présente d’ironie du sort. Non pas qu’un virus ait réussi là où des millions de personnes ont échoué, c’est-à-dire à ébranler notre société de consommation. Mais que l’un des jeux les plus clivants de 2019, moqué par certains même, soit tombé terriblement juste.

Dans un monde où un danger invisible force les êtres humains à rester cloisonnés chez eux, il nous faut reconnecter la société pour survivre. Effectuer des livraisons pour les personnes n’a jamais été aussi nécessaire et dangereux. Les sorties doivent être préparées et mûrement réfléchies. Le parallèle entre le confinement actuel et Death Stranding pourrait se cantonner à la plaisanterie voire au mème1. Cependant, et ce afin de porter plus loin notre réflexion quant à notre situation étrange, je pense que nous avons tout à gagner à y trouver un sens.

A Hideo Kojima Game

Death Stranding est le jeu du studio Kojima Productions sorti l’an dernier sur PS4. On y joue Sam Porter Bridges2 livreur dans un univers où une pluie «veillissante» et des fantômes constituent une menace pour les êtres vivants. La mission de Sam est double. Reconnecter les Cités-Unis d’Amérique en voyageant de villes en villes. Et offrir de l’espoir aux sinistrés en leur livrant des biens nécessaires ou à valeur sentimentale. Elle se révélera autant humaniste que périlleuse.

La volonté d’Hideo Kojima, le créateur principal, était de créer un nouveau genre de jeu d’action où l’objectif ultime ne serait pas de vaincre un ennemi mais de coopérer3. En ce sens, l’univers, le système de jeu, les dialogues, les personnages et même leur nom convergent vers une même thématique : la connexion. L’idée derrière Death Stranding est de se soucier des autres. Son but en tant qu’œuvre est de « reconnecter le monde » à l’heure où certains souhaitent fermer leurs frontières.

Le jeu possède un discours très explicite sur la connexion, le lien aux autres et le sentiment d’appartenance.

 

 

 

 

 

Notre confinement et notre isolement

Beaucoup peuvent trouver ce discours naïf et/ou trop prise de tête. Néanmoins, on constate que Death Stranding fait écho à notre monde. La figure héroïque du jeu est un ouvrier. Hideo Kojima voulait montrer qu’un col bleu peut être un personnage bien écrit, capable de prouesses physiques et mentales pour sauver les gens qui l’entourent4. Qu’est-ce qui se passe en France actuellement ? Le rôle des livreurs n’a jamais été aussi important à l’heure où nos déplacements sont contraints. Nous sommes « en guerre », cependant ce ne sont pas nos militaires, mais le personnel soignant qui est appelé sur le front5.

Les dangers de Death Stranding sont des fantômes et des personnes errantes çà et là ? La menace semble insignifiante pour les joueurs aguerris des titres d’action. Le danger du Covid-19 semble aussi insignifiant pour certains. L’ennemi n’est pas spectaculaire – visuellement du moins – pourtant il est réel. Nous sommes confinés chez nous comme les habitants de l’univers de Death Stranding (bien que nous ne risquons pas de vieillir prématurément si la pluie nous tombe dessus).

Vous pouvez créer des ponts ou des abris pour faciliter vos livraisons et celles de d’autres joueurs. La pluie finira néanmoins par les faire disparaître.

 

 

 

 

Tomorrow is in your hands6

Il y a des jeux où l’on se sent à la fois terriblement seul et relié aux autres au sein d’une aventure de grande ampleur : tous ceux ayant joué à Dark Souls ou Journey peuvent le comprendre. On parcourt ces jeux en solitaire bien que les traces des autres joueurs soient visibles. Dans le monde de Death Stranding, les structures comme les cordes de rappel, les ponts ou les abris construits et laissés par les joueurs peuvent être utilisés. Il en ressort des déplacements beaucoup moins laborieux et un voyage moins ardu. Personne ne se rencontre, mais l’on s’aide mutuellement. Ainsi, le jeu arrive à parler de cette nécessité de reconnecter la société à travers son histoire, mais aussi et surtout par la dynamique qu’il installe entre ses joueurs connectés. Plus que jamais le discours d’entraide et de connexion défendu par Death Stranding est important.

L’usage des technologies de l’information et de la communication nous aide à assurer les fonctions de la société en période de crise. On comprend actuellement pourquoi cette connexion peut sauver un monde où les êtres humains sont confinés et séparés.

Ramasser un objet au sol perdu au milieu des plaines et le livrer, c’est rendre service à un joueur qui n’a pas réussi à le faire.

 

 

 

 

La connexion pour se rapprocher réellement

À l’échelle individuelle, la connexion entre les personnes, celle que Death Stranding veut nous faire vivre, c’est le fait d’accepter de s’en remettre aux autres face aux événements qui nous dépassent. C’est accepter que nos actes et notre présence aient un impact sur les autres. Les développeurs l’ont bien compris en laissant aux joueurs le loisir de s’envoyer des encouragements et des « likes ». L’adversité peut rapprocher les individus si on leur laisse les outils pour s’entraider et se féliciter. L’outil peut servir un rapport humain.

Les psychologues sociaux7  ne cessent de nous répéter que la connexion bien utilisée peut compenser en partie la distance physique. Cultiver ses relations humaines, privilégier un temps pour des discussions vidéo ou faire preuve d’une véritable gentillesse sont de bons moyens de préserver sa santé mentale. L’homme est un animal social. Un confinement avec des interactions sociales drastiquement réduites n’est pas bon pour lui. Alors restez connectés les uns aux autres. Le chemin sera long, il faudra faire des efforts, il faudra être patient, mais à la fin nous en tirerons des leçons pour un avenir meilleur.

Au final, nous pouvons retenir une leçon de Death Stranding : une crise n’est pas seulement un bouleversement ou une catastrophe, c’est aussi une opportunité8.

Une opportunité de se transformer soi-même, de changer les choses autour de soi, de faire évoluer un système dont les failles ont permis l’arrivée de cette crise. Et cette opportunité nous ne pourrons la saisir réellement que si nous sommes unis.

1 https://twitter.com/halphelt/status/1240498622388531201

2   L’acteur derrière la motion capture est Norman Reedus. Une vidéo making-of pour les plus curieux ! https://www.youtube.com/watch?v=faatWOs2c5c

3  http://www.kojipro.be/hideo-kojima-sur-death-stranding-idee-est-de-se-soucier-des-autres/

4  http://www.kojipro.be/hideo-kojima-le-but-de-death-stranding-est-de-reconnecter-monde/

5  Cette tendance à faire des ouvriers des « héros de guerre » en période de crise est bien sûr discutable. Mais elle se retrouve autant dans la ludographie d’Hideo Kojima que la rhétorique guerrière d’Emmanuel Macron et les appels à l’applaudissement sur les réseaux sociaux.

6   Ou si vous préférez : l’avenir est entre vos mains. Cette phrase fut au cœur de la communication autour du jeu. Ceux qui atteindront la fin du jeu comprendront tout son sens.

7  Pour plus d’informations, vous pouvez lire l’article de Cerveau et Psycho sur la solitude et comment la combattre : https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/psychologie-sociale/confinement-comment-surmonter-la-solitude-18968.php?fbclid=IwAR1NOo_GUxOcvqxcipRpCGjkPR5FTCqZrlLyY8WUz7X1GXEt7EGSPemEUSE

Le mot « crise » en chinois renvoie à la fois au danger et à l’opportunité. http://www.inchoregible.com/inchoregible/definition-crise-chinois/

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Bienvenue au Club !
Bordeaux

Lieu et objet transmédias non identifiés, le CAD pour les intimes a vu le jour en 2017. Dans un premier temps, via des conférences s’appuyant sur les codes de la pop culture afin d’initier le grand public à des sujets prospectivistes et sociétaux : la robotique, l’IA, le transhumanisme, la blue economy, le biomimétisme, la lowtech, l’écologie…s’intéresser pour se questionner, se questionner pour comprendre, comprendre pour avoir le choix ? Etre libre ?

L’histoire dont vous êtes le héros – Les règles du jeu

Mesdames, messieurs,

Nous l’avions déjà fait en 2017.

En ces temps si particuliers, nous vous proposons à nouveau de nous aider à créer une histoire, de toutes pièces.

Elle sera diffusée du lundi au vendredi sur ce blog à 19h00.

A chaque fin de paragraphe, il faudra voter pour telle ou telle action. Votre choix donc l’action ayant obtenue le plus d’engagement, tous réseaux confondus, donnera le ton du paragraphe suivant…et ainsi de suite !

On compte sur vous et surtout, on espère que tout va bien !! 😘💪😎

L’histoire, jour après jour :

Jour 6 – La rumeur
Jour 7 – Ombres et Lumière

Le Berger d’Aspe