Vibrez

Road To BGF : Mathieu, Bordeaux est magnétique !

on
23 juin 2020

Road to BGF Virtual Experience – J-5

Découvrez Mathieu.

5 jours avant l’événement 100% virtuel et tant attendu du BGF Virtual Experience, l’équipe du CAD a voulu se pencher sur les femmes et les hommes qui contribuent, incarnent, soutiennent et font vivre la pop culture au quotidien.

Bénévoles, partenaires, invités…ils vont pouvoir se livrer dès maintenant sur un format court, intimiste, à la fois profond et léger sur le BGF Virtual Experience, la thématique des années 90 et plus si affinités !
Action !

Bonjour Mathieu !

Peux-tu te présenter stp ?

Bonjour, je suis Mathieu Roussennac, Directeur de la Mission Attractivité pour Bordeaux Métropole (NDLR : il pilote la marque partagée Magnetic Bordeaux et est fan inconditionnel de Star Wars).

Par le pouvoir du crâne ancestral !

La culture geek dans ton enfance, c’est quoi et comment ?

Je suis né en 1982, autant dire qu’à l’instar d’Obélix, je suis tombé dans la marmite Geek très tôt ! Le commencement, ce furent sans conteste « Les Maître de l’Univers » avec Musclor et Skeletor dont je collectionnais les figurines et regardais les dessins animés. L’Histoire sans finles Goonies et Willow sont doute parmi les VHS que j’ai le plus vues et revues ! J’appartiens à une génération La Cinq, Canal+, magnétoscope, et Top 50…On peut aussi bien s’en sortir ! L’offre culturelle et son accès était limités. C’est le Club Dorothée qui a favorisé la large diffusion des Mangas en France. Mes premiers jeux vidéo étaient sur PC avant même Windows 95 : Baby JoLemmings, puis Prince of Persia. Plus tard, Zork Nemesis #cultissime ! Internet et la dématérialisation des supports sont apparus au milieu des années 90. Je me souviens parfaitement du bruit du modem 54K lorsque l’on se connectait, c’était lent, ça grésillait et on avait l’impression d’ouvrir une porte dématérialisée sur l’Univers. C’était encore « magique ». Sur ma table de chevet, Tolkien of course !

Partenaire institutionnel pionnier du BGF Virtual Experience, vous accompagnez avec Magnetic Bordeaux le Geekfest depuis plusieurs années, pourquoi ce soutien ?

Les industries culturelles et créatives et leur essor sont un enjeu majeur pour la métropole de Bordeaux par le potentiel de croissance, de création d’emplois et de rayonnement national et international. La créativité et l’innovation se rejoignent au sein de cet écosystème dans une dynamique d’emplois durables. C’est à ce titre, une des priorités stratégiques d’attractivité économique de notre territoire depuis 2017 qui se traduit par des actions structurantes pour favoriser ce développement :

  • Accueil depuis septembre 2017 des « Résidences So Film » d’écriture de cinéma de genre (partenariat Bordeaux Métropole, Canal+, CNC, Sacem, Wild Bunch) ;
  • Création en 2018 du fonds Magnetic Bordeaux d’aide à la création numérique et nouveaux formats en partenariat avec le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée (CNC), au titre du dispositif CNC Talents;
  • Soutien à la production avec le dispositif professionnel « Groupe Fiction » (regroupement de professionnels du cinéma de fiction métropolitains), et le financement du bureau des tournages en vue de créer un écosystème créatif et de production audiovisuelle sur le territoire métropolitain;
  • Structuration de l’écosystème à travers des manifestations telles que Bordeaux Geek Fest, Cartoon Movie, mais aussi l’Indie Game Factory, le soutien aux associations professionnelles et clusters de compétences, aux festivals emblématiques assurant une diffusion de la création sur le territoire métropolitain.

En complément, ces dernières années ont vu se succéder les implantations de studios de jeux vidéo à Bordeaux (Ubisoft, Motion Twin, Asobo Studio, CCCP, Big Bad Wolf, Un Je Ne Sais Quoi …), formant une constellation fertile pour la création. L’écosystème bordelais se démarque avec le lancement de produits accueillis avec succès par le public : « Dead Cells » de Motion Twin, « Northgard », « Seers Isle » ou encore « A Plague Tale : Innocence» développé par Asobo Studio, 6 fois récompensé à la 1ère cérémonie des Pégase 2020, dont le prix du meilleur jeu !

L’ensemble de ces actions positionnent Bordeaux comme un laboratoire innovant de nouveaux formats créatifs numériques qui contribue à faire rayonner notre territoire et ses talents. Le BGF contribue activement à cette diffusion.

Que penses-tu de cette initiative : proposer le premier festival pop culture d’Europe en 100% virtuel ?

Bordeaux a une histoire marquée par de nombreux pionniers qui ont démontré une extraordinaire capacité du territoire à s’adapter aux contraintes pour créer une valeur différenciante. Le Bordeaux GeekFest, ainsi que les autres événements de culture pop/geek/animation (comme Animasia, l’Indie Game Factory, etc.), est l’un des tous premiers événements labellisés de la marque d’attractivité Magnetic Bordeaux. A l’annonce du format virtuel par l’équipe du Bordeaux GeekFest, nous avons immédiatement confirmé notre soutien à cette innovation d’usage. La crise sanitaire et économique donne en effet l’opportunité aux acteurs économiques et organisateurs d’évènements de faire preuve d’agilité et d’audace. Magnetic Bordeaux a tout naturellement confirmé son engagement auprès du Bordeaux GeekFest dans ce défi expérientiel innovant. Magnetic Bordeaux sera ainsi la première marque d’attractivité territoriale présente au sein d’un jeu vidéo. Alors Banco !

Magnetic Bordeaux, l’étoile montante !

La thématique sur les années 90, ça t’inspire ?

Et comment ! C’est l’essence-même de la culture pop.

Quand tu me parles des années 90, immédiatement, ça m’évoque une période marquée par une conjugaison de liberté et de kitch. Dr. Martens & T-shirts Waikiki, chouchou & sac banane, Spice Girls & Prince de Bel Air, jusqu’au mouvement grunge avec Nirvana, Rage Against the Machine, ou encore tout le courant Britpop avec les incontournables Oasis, Blur.

Et tous les films iconiques, qui transcendent les époques : Star Wars épisode I : La menace Fantôme, Le Silence des Agneaux, Jurassic Park, Matrix, Forrest Gump, etc.

Willow ou Gargamel ?

Définitivement Team Willow ! C’est cultissime pour moi et complètement novateur à l’époque en termes d’effets spéciaux, utilisant le morphing et avec des acteurs exceptionnels, dont le grand Warwick Davis. J’en connais encore des pans de dialogues par cœur… D’ailleurs, comme tu le sais certainement, initialement l’idée de ce film vient de George Lucas ! Tout est lié…

Willow

On parle beaucoup de l’attractivité de Bordeaux à bien des égards, quid du numérique et plus largement des écosystèmes locaux ?

La métropole de Bordeaux compte de sérieux atouts qui contribuent à son attractivité que travaillons collectivement à rendre durable, c’est-à-dire raisonnée et soutenable, au-delà d’un effet de mode. Pour la 6ème année consécutive nous sommes en tête du classement Great Place To Work, comme ville préférée des cadres & salariés. En plus d’être une marque mondiale, grâce à nos vins qui s’exportent dans le Monde entier, et d’être plébiscitée pour notre qualité de vie exceptionnelle, la métropole de Bordeaux compte quelques secteurs d’activité très dynamiques et faisant la différence à l’échelle nationale et internationale. Le numérique et les industries créatives en font bien entendu partie, au côté de l’aérospatial-Défense, ou encore de la Santé.

Entre 2014 et 2018, les investissements dans le secteur numérique ont connu une croissance de +257%, ce qui nous confère un positionnement fort et une capacité d’attraction auprès des startups. Capitale French Tech, Bordeaux est ainsi la première destination française pour l’implantation de start-ups avec un écosystème très complet que ce soit en termes de structures d’accompagnement, de financement ou d’accueil.

Pour ce qui est des industries créatives et culturelles, le jeu vidéo (en parallèle avec le cinéma dont on parlait précédemment) fait partie des écosystèmes solides avec plus 120 entreprises implantées dans la région, de grands noms installés à Bordeaux et une dynamique territoriale forte : Bordeaux Games permet de coordonner les professionnels du jeu vidéo, d’assurer un maillage pertinent. A l’instar de Cartoon Movie qui accueille plus de 900 professionnels du cinéma d’animation au sein duquel nous développons des passerelles entre ces filières, les festivals Bordeaux GeekFest ou Animasia créent des temps forts d’animation de la communauté et de visibilité pour les écosystèmes créatifs de notre territoire.

Plus globalement, notamment via le Club Arthur Dent, l’idée est de mieux comprendre les enjeux autour des impact tech ; Lenno travaille sur un événement en ce sens pour la rentrée prochaine : Né(e)s pour agir. Qu’en penses-tu ?

Le Club Arthur Dent est une part très intéressante du Bordeaux GeekFest depuis plusieurs années. Depuis les premiers romans de fiction d’anticipation comme Gattaca ou 1984, on nous a donné matière à réfléchir sur les impacts de la technologie sur l’homme et la nécessaire pondération entre innovation et progrès. Ces réflexions et débats se poursuivent à travers la série Black Mirror par exemple, me parait une excellente chose ! Passer d’un club de parole à un événement grandeur nature est une aventure qui ne peut être qu’enrichissante. Après tout, la technologie fait de plus en plus partie de notre quotidien et de plus en plus tôt pour les plus jeunes générations. L’essentiel demeure de maintenir ces avancées au service de la société humaine et éviter ainsi le scénario 1984 ! Je crois à la nécessité de l’équilibre de la force…

La virtualisation est-elle pour toi l’avenir de l’événementiel dans son acception globale ?

Je pense que l’alternative de la virtualisation, notamment via le prisme de la visioconférence ou bien ici du jeu vidéo est une évolution logique de nos usages technologiques actuels. A l’heure où nous pouvons enregistrer nos empreintes digitales dans nos smartphones, il est logique qu’une digitalisation du secteur se déploie. En revanche, rien ne remplace la force du lien humain. C’est-à-dire la captation sensorielle, hors du verbal, qui est tellement déterminante dans les échanges, en particulier dans les affaires. La confiance, c’est « taper dans la main » en captant un regard. Une intelligence augmentée ne remplacera jamais la force d’une telle interaction qui échappe à la seule rationalité. Enfin, à la sortie de ces longues semaines de confinement, chacun a pu mesurer le poids de la « distanciation sociale » imposée et l’ardent souhait de renouer le lien social qui cimente notre vie IRL.

Et plus largement, le virtuel va-t-il et doit-il s’inscrire dans les entreprises et les institutions ?

Le virtuel est un nouveau média. Une nouvelle façon d’entrer en interaction. En ce sens, il me parait évident et positif en effet que son utilisation se déploie dans les sphères entrepreneuriales et institutionnelles. C’est un support, un accompagnement et une alternative à des façons de faire, d’apprendre et d’évoluer. Par exemple, il y a de plus en plus de formations professionnelles qui sont aujourd’hui, pour des domaines bien spécifiques, assurés via de la réalité virtuelle. Ce qui rend donc ces formations plus accessibles. C’est un plus.

Une référence geek à partager ?

Je vais me rallier une communauté nostalgique en évoquant le jeu qui m’a sans doute le plus marqué : “Versailles, complot à la cour du Roi Soleil” de 1996 #Coupdevieux… Féru d’Histoire, c’était incroyable d’évoluer dans les jardins et le Château de Versailles de 1685 reconstitué en 3D avec plus de 200 œuvres d’Art, des lieux disparus reconstitués, une bande sonore des grands compositeurs baroques. Un jeu d’enquête doublé d’un espace documentaire qui offrait un véritable voyage dans le temps et la culture du Grand Siècle. Jamais ce jeu n’a été réédité… #Coupdevieux2. Dans mon approche personnelle des industries culturelles et créatives, je paraphraserai Flaubert, « ce fut comme une apparition » !

 

Un adage ?

J’aime les maximes inspirantes de François de la Rochefoucauld, l’une d’elle m’inspire pus particulièrement : « Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit » #LoveCosplay.

 

On te voit les 27 et 28 juin sur l’île de la tentation geek ?

Absolument !

Bordeaux Geekfest

Bordeaux Geekfest – VIRTUAL EXPERIENCE – 27 & 28 Juin

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Bienvenue au Club !
Bordeaux

Lieu et objet transmédias non identifiés, le CAD pour les intimes a vu le jour en 2017. Dans un premier temps, via des conférences s’appuyant sur les codes de la pop culture afin d’initier le grand public à des sujets prospectivistes et sociétaux : la robotique, l’IA, le transhumanisme, la blue economy, le biomimétisme, la lowtech, l’écologie…s’intéresser pour se questionner, se questionner pour comprendre, comprendre pour avoir le choix ? Etre libre ?

L’histoire dont vous êtes le héros – Les règles du jeu

Mesdames, messieurs,

Nous l’avions déjà fait en 2017.

En ces temps si particuliers, nous vous proposons à nouveau de nous aider à créer une histoire, de toutes pièces.

Elle sera diffusée du lundi au vendredi sur ce blog à 19h00.

A chaque fin de paragraphe, il faudra voter pour telle ou telle action. Votre choix donc l’action ayant obtenue le plus d’engagement, tous réseaux confondus, donnera le ton du paragraphe suivant…et ainsi de suite !

On compte sur vous et surtout, on espère que tout va bien !! 😘💪😎

L’histoire, jour après jour :

Jour 6 – La rumeur
Jour 7 – Ombres et Lumière

Le Berger d’Aspe